etopia
Les partis et la prospective : un débat à relancer
 
 
Christophe Derenne

Economiste, il a passé de nombreuses années dans l’animation politique - les “cours méta”, les “cafés politiques”, les “agoras & assises de l’enseignement” et surtout les “états généraux de l’écologie politique” - puis dans le conseil politique pour Ecolo.

En 2004, à la demande d’Ecolo, il a fondé « Etopia, centre d’animation et de recherche en écologie politique », dont il est le directeur. Il a dirigé plusieurs ouvrages avant de lancer la revue Etopia. Belgo-suisse et père d’un petit Léo, il habite Bruxelles après avoir passé sa jeunesse à Charleroi, en Wallonie. Il est également co-fondateur et vice-président de Karikol, le Convivium Slow Food de Bruxelles

Mes combats principaux :

  • la participation citoyenne comme remède à la désaffection vis-à-vis du politique. La politique est une des plus extraordinaires manières de participer à la société. C’est la liberté que l’on exerce ensemble. Plus il y a de personnes qui y prendront du plaisir, plus nos institutions pourront s’ouvrir et se remettre en question.
  • le développement durable, méthode concrète pour changer le monde, appel à la responsabilité de chacun, alternative au profit comme critère généralisé. Loin des versions light de certains, il signifie réguler l’économie de marché et stimuler l’entreprenariat d’un nouveau type, guidé par des objectifs sociaux, éthiques et environnementaux consistants. Orienter l’avenir cela veut dire faire du développement durable le critère central de l’ensemble des politiques publiques.

Pour la petite histoire : comment suis-je arrivé chez Ecolo ?

Une famille engagée de longue date dans l’écologie au quotidien, une action dans les mouvements étudiants (président de l’Assemblée générale des étudiants de Louvain en 1991) au moment où Ecolo émergeait comme une alternative politique forte, un idéal de démocratie participative qui rencontrait un mouvement politique dont c’était une racine : j’ai commencé à y militer en 1992.

Dans la droite ligne de mes premières militances, j’ai ensuite fait le choix de devenir en 1996 un « permanent d’animation politique » à Ecolo. Depuis les états généraux de l’écologie politique jusqu’à étopia, j’ai travaillé en interaction avec la société civile et à l’écoute des enjeux sociétaux. Mon plaisir a été - et est toujours - de dynamiser, de créer des réseaux, d’inventer avec d’autres, de trouver des alliés et de mettre à jour de nouvelles ressources, insoupçonnées et invisibles jusque là. C’est par là que l’on peut trouver du souffle et se donner de nouveaux élans.

Bref, "l’exercice collectif de la liberté", comme le disait Arendt, est à mes yeux une des plus belles activités humaines.

Depuis septembre 2014, je suis Directeur politique d’ECOLO

Directions d’ouvrages, outre la Revue Etopia :

  • Plus de questions, plus d’université (éd. FEF, 1994)
  • La fragmentation sociale (éd. Economica, 1995) avec L. Deutsch
  • Belgique, disparition d’une nation européenne ? (éd. Luc Pire, 1997) avec C. de Troy
  • L’Islam en Belgique (éd. Luc Pire, 1998) avec J. Kwashin
  • Désenclaver l’école (éd. Luc Pire & éd. Mayer, 1999) avec J. Liesenborghs & AF Gailly
PDF - 1005.9 ko
Réinventer le parti à partir de la société
PDF - 1.1 Mo
Fragmentation sociale et action collective
PDF - 1.5 Mo
Plus d’acteurs, plus d’université
PDF - 1.6 Mo
Repolitiser la société
PDF - 684.6 ko
A la recherche de nouvelles formes de citoyenneté
PDF - 75 ko
Dépasser les réseaux
PDF - 60.7 ko
Territoires et qualité de vie
RTF - 74.6 ko
Bio Christophe Derenne
PDF - 1.5 Mo
1991-2006 : chroniques d’une récurrence étudiante
Autres articles
Réinventer la politique à partir de la société
L’écologie politique à partir de Hannah Arendt.
Un manifeste adopté démocratiquement, ça peut vouloir dire ceci...
19-25/09/2011 : GOÛTER BRUXELLES - LA SEMAINE DU GOÛT
Réinventons le monde… Réinventons les REE !
Introduction
Numéro 7 de la Revue Etopia
rubrique
 
Benoît Lechat †

Né à Eupen en 1960, Benoît Lechat a été au Groupement des Jeunes Protecteurs de la Nature (GJPN) à la fin des années ’70 avant de faire des études de philosophie et de journalisme. Après avoir couvert l’actualité sociale à l’Agence Belga pendant les années ’90 et notamment les mouvements des enseignants et des étudiants, il a rejoint l’équipe d’Isabelle Durant au Ministère fédéral de la Mobilité et ensuite Etopia en 2004. Il publie régulièrement dans la Revue Nouvelle des articles consacrés à la politique et aux médias belges.

Il est responsable des publications chez Etopia, membre du Conseil scientifique de la Fondation de l’Ecologie Politique et rédacteur en chef du Green European Journal

Benoît est décédé le 8 janvier 2015

Autres articles
Le climat pour le changement
Ecolo, la démocratie comme projet
Ecolo, la démocratie comme projet - Partie 2
Ecolo, la démocratie comme projet - Partie 1
Quelles archives pour quelle galaxie verte ?
Avons-nous besoin d’un républicanisme vert ?
Cet été dans le Green European Journal
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
Wallonie : 
de la gouvernance 
à la citoyenneté
Le concept de gouvernance
Les partis et la prospective : un débat à relancer
 
mots
publications - Notes, traductions…
L’économie de l’énergie nucléaire : mise à jour
Note de lecture : l’hiver de la démocratie ou le nouveau régime, de Guy Hermet
En finir avec la présidence (française)
Pour un nouvel imaginaire politique
Cours camarade, le vieux monde est derrière toi
publications - Analyses
La Wallonie a-t-elle toujours du sens ?
Nassonia : une forêt en commun ?
publications - Revue Etopia 5
MANIFESTO ! A Green New Deal for Europe
publications - Analyses
Quels liens entre la science et la politique ?
Prospective sur le transport aérien : le contenu dépend des croyances
La propreté publique :
PENSER L’AVENIR D’UNE COMMUNE A L’HORIZON 2050
publications - Etudes
Des industries pour l’emploi et l’environnement
publications - Varia
La recherche scientifique : paradoxes, acteurs et finalités
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

En janvier 2009, la présidente du CDH Joëlle Milquet, agitait dans la presse l’idée de la création d’une cellule de prospective destinée à aider les autorités à surmonter les crises. Plus d’un an plus tard, elle semble être tombée dans l’oubli, comme tant d’autres pistes d’un jour jetées au vent de la communication politique. Dommage, serait-on tenté de dire, car l’enjeu n’est vraiment pas secondaire.

« Les politiques n’ont pas les outils pour être des visionnaires. On n’a pas le temps. Il faut que les intellectuels et les universitaires s’impliquent dans la gestion de la société », déclarait Mme Milquet dans Le Soir du 31 janvier 2009. Que ce soit volontaire… ou non, elle parlait d’or. Car le problème des politiques traditionnels est bien qu’en règle générale, ils se sont eux-mêmes structurellement privés des moyens d’être visionnaires. Le philosophe Daniel Innerarity y voit d’ailleurs la cause de la désaffection dont ils sont victimes de la part des électeurs « qui expriment ainsi par leur désintérêt le fait que la politique a perdu toute signification par rapport au cours de l’histoire1 ». Selon lui, l’abstentionnisme se nourrit du constat « qu’il n’y a rien à décider, que les dynamiques sociales se sont émancipées face aux possibilités de configuration intentionnelle, en rejetant la politique du côté de l’insignifiant ». Pour l’intellectuel espagnol, rapprocher le politique du citoyen impliquerait donc que les élus retrouvent la capacité de concevoir et de proposer des alternatives réelles à la gestion à court terme et à la poursuite indéfinie des mêmes vieilles recettes qui ont clairement montré leurs limites, que ce soit sur le plan économique, social ou écologique. En lançant dès janvier 1996, avec les Etats généraux de l’écologie politique, un premier processus participatif à grande échelle, souvent imité par la suite, mais jamais vraiment égalé, Ecolo a fait l’expérience concrète de l’apport démocratique colossal que peuvent livrer les mouvements sociaux, les associations, les citoyens quand on leur donne réellement la parole. Aux yeux des Verts, loin de remettre en question la légitimité de la représentation, les processus participatifs apparaissent comme des moyens privilégiés d’alimenter la réflexion des politiques, singulièrement en dehors des périodes électorales. Cette ouverture permet également d’accorder une oreille attentive aux interpellations et aux analyses produites par les universitaires et plus largement par tous ceux qui ont une pratique de la recherche.

La politique belge et les intellectuels, un désamour déjà ancien

Ce n’est pas d’hier que les partis traditionnels belges ont entretenu des rapports, disons complexes, avec le monde intellectuel. Sortant lentement d’une tradition de quadrillage idéologique de la société, les grandes familles politiques ont également cautionné voire explicitement soutenu le financement croissant de la recherche scientifique par le secteur privé, mettant ainsi à mal son indispensable indépendance. Parallèlement, ils ont trop souvent mis l’accent sur la recherche appliquée et sur son apport à la compétitivité de l’économie, en sous-estimant la contribution de la recherche fondamentale à la compréhension de l’évolution de nos sociétés. Or sans ce travail de fond, nos démocraties ressemblent à des trains fous lancés dans le brouillard. Elles manquent non seulement de leadership, mais aussi de direction, parce qu’elles sont incapables de comprendre en profondeur les mutations auxquelles elles doivent contribuer.

Avant de lancer des appels à l’engagement des intellectuels, les politiques seraient donc bien inspirés de comprendre les raisons profondes de la défiance réelle de nombre de chercheurs à leur égard. Plus largement, ils devraient s’interroger sur la place qu’ils accordent au savoir dans leur action. A cet égard, il serait intéressant de disposer d’une étude décrivant les sources exactes du « savoir » mis en œuvre par les gouvernants – et en particulier par les cabinets ministériels - belges dans la préparation de leurs décisions. On verrait sans doute que, par rapport à d’autres Etats européens, les autorités publiques belges ont encore beaucoup de chemin à accomplir, que ce soit au niveau de la mise en place de cellules de prospectives dignes de ce nom au sein même des administrations, ou que ce soit dans l’utilisation de la recherche, notamment en sciences sociales.

Le débat produit le changement

Rendre au politique sa dimension visionnaire n’implique pas tellement de faire appel aux bons experts au bon moment que de créer les conditions d’un débat public de qualité. Une presse réellement indépendante, dotée de moyens d’investigation lui permettant d’assumer pleinement son rôle de contre-pouvoir en est une condition nécessaire. Mais l’espace public doit également être nourri de débats engageant des visions différentes de la société, portées par des acteurs collectifs. Sans cet affrontement, sans la participation des citoyens et des mouvements sociaux au processus de changement, les réformes « radicales » souvent réclamées avec emphase par les politiques risquent bien de ne pas dépasser le stade des déclarations d’intention, l’emphase ne suffisant pas à mobiliser la société.

A leur décharge, on reconnaîtra qu’il n’est effectivement pas facile d’articuler gestion publique et participation sociale à la vie publique. En effet, elles ont chacune des temporalités différentes : le court terme de l’actualité politique et le long terme de la vie sociale. Et elles fonctionnent selon des principes différents : les objectifs de gestion ont tendance à définir l’agenda politique en fonction de leur actualité et de leurs seules contraintes, ce qui est fort peu mobilisateur. Si les partis traditionnels « de masse » y sont parvenus jusqu’à une certaine époque, c’était au prix exorbitant de la pilarisation et du clientélisme. Heureusement, ce ressort s’affaiblit progressivement – ce dont témoigne au fond, la multiplication des « affaires » - mais dans nos démocraties d’opinion, il est remplacé par une organisation en machines électorales permanentes - le marketing mobilisant l’électorat sur un mode acclamatif - ce qui finalement élargit encore le fossé entre le citoyen et le politique.

Le rôle des partis : articuler gestion et participation, urgence et prospective

Une autre voie est possible pour articuler gestion et participation, urgence et prospective : la création par les partis d’outils spécialement dédiés à ce travail. Nous en faisons l’expérience depuis bientôt six ans. En effet, en décidant en 2004 de créer Etopia - en plus de son propre service d’études plus directement articulé à l’actualité et aux nécessités de l’action politique - Ecolo a fait le pari de lier ces objectifs autrement, en l’occurrence sans imposer ses besoins immédiats aux activités et aux personnes qu’Etopia cherche à mobiliser2. Ce centre d’animation et de recherche en écologie politique est conçu comme une structure semi-autonome (ici, une asbl d’éducation permanente), articulée au parti et développant en même temps des activités propres. D’une part, il vise à introduire de la prospective écologique dans le travail politique d’Ecolo en lui fournissant une série de services d’appui intellectuel (conseils, contacts, animations, formations de cadres, documentation, archivage). D’autre part, il publie, organise des formations et surtout développe des lieux de discussion libre avec des citoyens, des interlocuteurs de la société civile et des chercheurs-associés – c’est là un des concepts-clé -, dont il est clair qu’ils ne sont pour autant ni encartés ni redevables ni en attente d’un quelconque retour d’ascenseur. Les objectifs d’éducation permanente qui lui sont assignés garantissent en outre que les processus de réflexion en cours sont fort peu sensibles aux échéances électorales. En retour, le parti Ecolo garde toute son autonomie pour traduire en propositions et décisions ce qu’il entend dans le travail d’Etopia.

Complétant l’indispensable renforcement de la recherche (qu’elle soit universitaire ou menée par des centres privés indépendants) et le développement d’une réelle capacité de prospective au sein même des services publics, nous sommes persuadés qu’il y a là une piste à suivre pour l’ensemble des familles politiques, afin d’enrichir la réflexion de toute la société sur le futur qu’elle souhaite se donner. A ce propos, Groen ! vient de lancer Oikos, Denktank voor sociaal-ecologische verandering3. Utopique, cette généralisation à tous les partis ? Non. On peut même s’inspirer du système allemand des fondations politiques, structurellement en place depuis l’immédiat après-guerre.

Le système des fondations-sœurs des partis allemands

Ces fondations, toutes liées à leur parti politique respectif et qui portent généralement les noms de grandes figures de l’histoire culturelle et politique (Adenauer, Ebert, Böll…) ont pour but premier d’encourager les citoyens à la participation publique. En ce sens, elles ont été conçues comme antidote au retour du nazisme. Mais elles assument aussi un rôle très important de soutien à la prospective et au débat intellectuel, chacune à partir de leur point de vue idéologique spécifique, par le biais de formations, de recherches ou de publications. Leur diversité doit en effet refléter le pluralisme des idées démocratiques cohabitant au sein de la société allemande, représentées par les partis politiques du Bundestag. C’est d’ailleurs celui-ci qui est chargé de financer – au prorata de l’importance de leur partis-frères au Bundestag - et de contrôler strictement le bon usage des deniers publics par ces fondations. Leur indépendance est légalement garantie afin d’éviter tout risque de financement indirect des partis ou d’autres organisations qui ne sont pas reconnues d’utilité publique. Ce contrôle parlementaire est en outre doublé par un contrôle de la Cour des Comptes et du Ministère fédéral des Finances. L’Allemagne fonctionne donc sous un régime de double financement des courants politiques : les partis et leurs fondations.

Ceci dit, la manière dont s’articule Etopia et Ecolo est plus étroite, plus intime, que dans le système allemand, qui risque la déconnexion entre les fondations et le débat intellectuel, d’un côté, les partis et le débat politique, de l’autre. C’est ce qui nous fait préférer l’équilibre auquel nous sommes arrivés.

Bref, voici des pistes concrètes que les partis politiques traditionnels feraient bien d’examiner s’ils veulent sérieusement réconcilier la politique et l’avenir. Car, comme l’écrivait Victor Hugo « savoir au juste la quantité d’avenir qu’on peut introduire dans le présent, c’est là tout le secret d’un grand gouvernement. Mettez toujours de l’avenir dans ce que vous faites ; seulement, mesurez la dose »4.

1Le futur et ses ennemis, De la confiscation de l’avenir à l’espérance politique, Climats, Paris, 2008

2Etopia est en partie la traduction institutionnelle, dans une organisation permanente donc, des « états généraux de l’écologie politique », organisés par Ecolo entre 1996 et 1998.

3www.oikos.be

4V. Hugo, Choses vues, in Histoire, Œuvres complètes de Victor Hugo, J. Seebacher et G. Rosa éd., coll. Bouquins, Robert Laffont, Paris, 1987


©©