etopia
Colloque
Les biens communs : comment (co)gérer ce qui est à tous ?
 
agendaJanvier 2012
 
 
 
 
Autres articles
Sagesse ancestrale pour société d’aujourdhui ?
Pouvoir, la politique et le chocolat
La première #NuitDebout de Bruxelles
Migrant, toi-même !
ECOLAB - Climat
Comment réconcilier logement, cadre de vie et agriculture ?
Une colocation conviviale et juridiquement sûre ?
rubrique
 
agenda
colloques Les forums sont des activités publiques, ouvertes à la confrontation des idées, des analyses, des solutions des uns et des autres.
Derniers articles de cette rubrique
The Commons
Ecole d’été de l’Agriculture Urbaine et Alimentation Durable
1er Forum "Economie du futur" en BW
Pouvoir, la politique et le chocolat
Pologne : Quo vadis ?
ECOLAB - Climat
Communs : citoyens, gouvernance et participation
rubrique
 
mots
publications - Livres
Biens communs, comment (co)gérer ce qui est à tous ?
publications - Analyses
Vers des Partenariats Publics-Communs
Communs : aux actes, citoyens !
Nassonia : une forêt en commun ?
Biens publics mondiaux et biens communs mondiaux
OpenMovement
Biens communs, appropriation du milieu et droit
 
 
 
 

9h15 : Accueil Leonore Gewessler, GEF et animation Dirk Holemans, Oikos

9h30 0uverture 

  • Eclaircissement conceptuel Tine de Moor, prof. Universiteit Utrecht (NL)
  • Les communs, ADN d’un renouveau de la culture politique David Bollier, auteur, activiste et co-fondateur du Commons Strategies Group. (USA) 

10h50 Pause

11h10 Exposés introductifs

  • a. Libres savoirs : les biens communs de la connaissance Valérie Peugeot (F), présidente de Vecam (Réflexion et action pour l’internet citoyen)
  • b. La nature pour tous, et par tous : les biens communs d’infrastructure écologique Pablo Servigne (B), asbl Barricade, Liège
  • c. Construire un autre système : les biens communs produits collectivement Maarten Roels (B), Steunpunt Duurzame Ontwikkeling, Universiteit Gent
  • d. Se réapproprier la finance et l’économie : les biens communs économiques Arnaud Zacharie (B), secrétaire général du CNCD-11.11.11
  • e. Partager sans posséder : le patrimoine génétique comme bien commun Tom Dedeurwaerdere (B), professeur et directeur de l’unité BIOGOV du Centre de philosophie du Droit (UCL)

12h30 Lightfootprint lunch

14h00 Ateliers avec des acteurs de terrain (langue pressentie : EN)

1. Libres savoirs : les biens communs de la connaissance.
La connaissance ne vaut que si elle est partagée par tous. Mais alors, pourquoi et pour qui la verrouille-t-on ?

  • a. Pour un accès aux réseaux numériques et aux logiciels libres. La révolution numérique a démultiplié la connaissance potentiellement accessible en même temps que les inégalités d’accès effectif à cette connaissance. Comment résorber ces inégalités et empêcher quelques acteurs dominants de verrouiller les portes du savoir et de le configurer à leur image ?
  • b. Creative communs, Wikipedia, etc : pour un partage de la création, de la culture, de la production intellectuelle et de la recherche. En matière de connaissances, l’appropriation croissante de la création, de l’innovation et du vivant lui-même finissent par se retourner contre l’innovation et la créativité elles-mêmes. Pire encore, elle la met au service des marchés plutôt que des besoins de survie les plus basiques d’une majorité des habitants de la planète.

2. La nature pour tous, et par tous : les biens communs d’infrastructure écologique.
Qui est le mieux placé pour s’occuper de ce qui appartient à tout le monde ? Ne faut-il pas en collectiviser l’usage et la responsabilité ?

  •  a. La gestion démocratique de l’eau, les servitudes publiques sur les biens privés (ruisseaux, sentiers), le maillage écologique du territoire rural et urbain. Les cours d’eau n’ont cure des frontières d’États ou de propriété. Ils leur ont préexisté. Ils leur succéderont. Mais comment inventer une gestion de ce bien transversal et transfrontalier qui en assure la qualité, la pérennité et la disponibilité pour tous ?
  • b. La gestion de ressources naturelles, de la qualité du sol et des eaux souterraines, de l’air, du climat et des zones de pêche. Quand ils sont dans la mer, à qui appartiennent les poissons ? Et l’air que nous respirons, s’il est à tout le monde, n’est-il vraiment à personne ? Existe-t-il pour assurer l’équité d’accès et la pérennité de ces ressources, des modes de gestion qui ne se résument pas à l’État ou au marché ?

3. Construire un autre système : les biens communs produits collectivement.
Entre le chacun pour soi, le tout à tout le monde et le rien à personne, des manières collectives d’habiter, de bouger et ... de pousser s’inventent tous les jours au profit d’objectifs sociaux et environnementaux.

  •  a. Le logement autrement : Community Land Trust et habitats groupés ; la mobilité partagée : voitures et vélos partagés, ateliers de réparation communautaire de vélo, etc. Ma voiture, c’est ma liberté. Vraiment ? Répliquée à l’infini, cette maxime triomphaliste a mené à l’immobilisme et aux bouchons. Comment peut-on conserver la liberté sans posséder individuellement sa voiture ? Comment peut-on posséder son logement sans le sol qui est dessous ? Comment peut-on rendre accessibles l’ancrage et le déplacement, le logement et la mobilité en sortant du carcan de la propriété ?
  • b. Agriculture urbaine ou paysanne, potagers collectifs, achat de terres agricoles en commun ; la cogestion des forêts et des espaces publics. Qui s’occupera le mieux des parcs naturels ? Les fonctionnaires ? Les traders ? Ou les communautés locales ? Une alliance est-elle possible entre différents intérêts pour préserver ces biens communs ? Sont-elles en train d’être réinventées à petite échelle par les nouveaux jardiniers urbains ? Comment se mettre ensemble pour acheter des terres qui puissent servir la transition écologique ?

4. Se réapproprier la finance et l’économie : les biens communs économiques.
La finance et la production économique, c’est bien trop sérieux pour les confier à d’autres motivations que l’appât du gain. On le voit tous les jours.

  • a. L’émission monétaire alternative et les échanges hors marché. Aussi vrai qu’un euro vaut un euro, une heure de mon temps vaut une heure du tien. De nouvelles bases peuvent donc fonder les échanges de biens et de services : pourquoi se contenter de la monnaie officielle ? Pourquoi d’ailleurs se contenter de la monnaie ? Et d’ailleurs, pourquoi se contenter d’échanger des biens et des services ?
  • b. Le renouveau des coopératives et la finance éthique. Même avec du "vrai argent" émis dans le plus grand sérieux et - comme on le voit tous les jours - la plus grande pertinence par la Banque centrale européenne, peuvent fleurir des projets économiquement viables, et qui n’ont pourtant pas l’enrichissement monétaire comme horizon. Ou comment mettre l’activité économique au service de la société, de l’environnement et des projets sans perdre trop d’argent au passage. Et en impliquant les citoyens et les travailleurs dans les décisions économiques.

5. Patrimoine génétique : partager sans posséder.
C’est bien connu, aucune espèce vivante n’arrive à la cheville de l’être humain. Il est tellement malin d’ailleurs qu’il a décidé de se passer d’une moitié des espèces de la planète et de mettre un pricetag et un tampon de propriété sur l’autre.

  • a. Réintroduire la biodiversité ancienne dans l’agriculture par l’échange de semences ; partager le savoir et l’inventivité de la nature au service de la durabilité de nos projets via le biomimétisme. Une des leçons de l’évolution en matière de résilience, c’est que les systèmes diversifiés résistent mieux aux chocs que les systèmes homogènes ? Mais alors, pourquoi me vend-on partout la même courgette ? Pourquoi produit-on partout les mêmes pommes ? C’est sans doute qu’on ne s’attend à aucun choc.
  • b. Le combat contre la privatisation du vivant (OGM, brevetage). On n’arrête pas le progrès. Surtout quand il sert les intérêts déjà bien servis de quelques entreprises agrochimiques qui séquencent le génome pour le bien de leurs actionnaires et de l’humanité - dans cet ordre de priorité. Face à ce brevetage du vivant, à la privatisation du commun par le biais de sa transformation en laboratoire, quelles mobilisations sont possibles ? Et tant qu’à faire, efficaces ?

16h30 Conclusion : Les biens communs pour réinventer la prospérité ?
Qu’est-ce qui crée aujourd’hui ce besoin d’action collective  ? Quel rôle de l’Etat ? Les commons constituent-ils une réponse plausible à la globalisation ? Les commons contribuent-ils à de nouvelles configurations et résiliences communautaires ? A quels besoins sociaux sont-ils les plus aptes à répondre ? De quel temps a-t-on besoin pour s’investir dans toutes ses formes de productions collectives ?
Tom Dedeurwaerdere (UCL) et Isabelle Cassiers, prof. d’économie (FNRS - UCL)
Discutants : PHILIPPE HENRY, Ministre wallon de l’Environnement, de la Mobilité et de l’Aménagement du territoire (B)(sous rés).

17h30 Clôture

Vendredi 9 mars 2012
Espace Baudouin - Académie royale de Belgique, 1 rue Ducale, 1000 Bruxelles
Accessibilité Métro (Trône), tram 92-94 et nombreux bus
PAF : 5€ (lunch non compris)
Inscription obligatoire : info@gef.eu ; info@etopia.be ; info@oikos.be
Traduction simultanée des plénières NL /EN / FR
Ce projet est réalisé avec le soutien financier du Parlement européen.
Co-organisé par GEF, Oikos et Etopia


©©